Once upon a time – Myriam Tirler Olivia Creed

Vernissage le vendredi 27 mai 18h00. Exposition du 28 mai au 18 juin 2016

Pourquoi les voit-on comme perdues dans une forêt que personne n’aperçoit? Dites-moi pourquoi elles donnent cette impression, l’une dans l’image, l’autre face à elle? Certainement, on ne peut pas tout dire. Ce serait trop. Tout le monde sait qu’il y a beaucoup de choses. Mais si l’on devait les décrire, une majorité paraîtrait ennuyeuse.

Elles visitaient des lieux, traversaient des restes d’industries, contournaient des cités, s’arrêtaient dans des snacks, regagnaient des régions d’entrepôts et de feux, de terre-pleins très décorés, de parkings en épi. Dans leur Chevrolet, elles sentaient les pneumatiques entailler les bitumes amollis. Dans la perspective des sillons, plusieurs arbres décalés pouvaient donner l’impression d’une présence végétale. C’était l’épaisseur de la forêt remembrée des états de l’est à l’ouest. D’ailleurs personne n’était là pour en discuter. Tout le monde s’en foutait d’une définition possible de la forêt une fois celle-ci disparue. Dans leur véhicule qui rutile, que le soleil n’abandonne jamais, elles respiraient tout l’air qui leur était nécessaire. Pourquoi les voit-on alors égarées dans une forêt dont aucune image ne témoigne ? Elles dévalaient, en pente libre. C’était leur mouvement. Parlant, elles paraissaient se jeter à bas de leurs phrases mêmes. Partant, elles déboulaient encore. L’impression est délicate à transcrire. Leur tendance, leur caractère pourrait-on dire, c’était la prise de vitesse. En attendant, elles basculaient vers le Pacifique. Aucun arbre au lointain. Alors pourquoi, avec une telle insistance, cette impression qu’elle sont dans l’ombre sans cesse recommencée d’une forêt ?

Parce que la forêt ce sont elles, deux forêts qui marchent, qui avancent. C’est là qu’elles se perdent, qu’elles nous perdent, en elles-mêmes, plantant les déserts de leurs ombrages. Et lorsque l’on avait peur pour elles, dans le paysage, c’est que l’on n’avait pas saisi que c’était elles qui le transformaient, le plantaient, le menaçaient, l’enchantaient. Jean-Yves Jouannais

Partagez: facebooktumblrmail
Suivez-nous: facebookrss

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*