Hong Kong – Pascal Greco

Vernissage le jeudi 22 mars 18h. Vernissage du livre le jeudi 29 mars 18h. Exposition du 23 mars au 14 avril 2018

Entre 2012 et 2017, Pascal Greco a réalisé une série de photographies sur Hong Kong, qui capture les aspects prédominants de l’architecture résidentielle de cette mégalopole depuis les années 50. La principale caractéristique de cette série est que chaque image est de dimensions réduites: 8.5 par 10.6cm; dimensions qui découlent de l’utilisation de films Polaroid, de type 100, ainsi que d’un appareil Polaroid 600SE, qui ne sont tous deux plus produits depuis de nombreuses années. Le choix du format Polaroid vient briser les codes de la photographie d’architecture tout en apportant une note esthétique hors du temps.

En mettant l’accent sur la typologie architecturale, Pascal Greco ne revendique pas le rôle de chercheur urbain ou de militant social. Pourtant, en suivant le scénario rigoureux de son expérience photographique, ses images laissent voir un changement essentiel dans la relation entre les typologies ainsi saisies et les conditions de vie dans l’espace public à Hong Kong. C’est la première fois que ce travail est exposé et montré au public. Edité par Infolio, un ouvrage de photographie intitulé « Hong Kong », contenant 135 Polaroids, sortira en librairie fin avril, mais il sera exceptionnellement verni le 29 mars, à abstract, et dès lors disponible en quantité limitée. www.pascalgreco.com

Partagez: facebookmail
Suivez-nous: facebookinstagram

Outremer – Andrea Knecht

POP UP du 2 février au 24 février 2018

L’ exposition POP UP « Outremer » d’Andrea Knecht est une série de natures mortes dessinées en 2018 sur le Financial Times et détourées à la gouache bleue électrique. teteknecht.com 

Partagez: facebookmail
Suivez-nous: facebookinstagram

Géométries sensibles – Silvia Velázquez

Vernissage le jeudi 23 novembre 18h. Exposition du 24 novembre au 16 décembre 2017

Tantôt des parallélépipèdes glissent le long d’un même chemin de lignes formant un double sept. Tantôt un cube arbore des excroissances anguleuses. En majesté, chaque forme en contient d’autres qui s’imposent au regard avec simplicité et méthode. L’artiste s’inscrit dans la lignée des créateurs qui ordonnent l’espace en évoquant les règles qui régissent le monde, celles de la géométrie et des mathématiques. L’environnement tout entier peut alors se décliner à travers des formes conceptuelles. Ainsi, celles de Silvia Velázquez entraînent l’observateur aux confins de l’abstraction et des symboles. Les objets travaillés à l’encre et au feutre portent la rigueur des esquisses numériques qui les précèdent et la maîtrise parfaite de la main qui les engendre. D’abord combinaison de 0 et de 1, ils se multiplient, se décalent, s’associent et prennent vie en un jeu d’angles, de lignes et de couleurs. Une vie concentrée, ramassée, dans une géométrie sensible.  Marie-Laure Desjardins, ArtsHebdoMédias

Cette exposition est accompagnée de la 56ème Action contemporaine de la FLAC en vente au prix de 200.-

Heures d’ouverture: Ve-Sa 16h00 – 18h00 et sur rendez-vous via abstract@worldonline.ch.

Partagez: facebookmail
Suivez-nous: facebookinstagram

SHI(F)T HAPPENS – Catherine Leutenegger

Vernissage le jeudi 5 octobre 18h. Exposition du 6 octobre au 28 octobre 2017

Dans le cadre de l’inauguration de ses nouveaux locaux à la rue des Côtes-de-Montbenon, l’espace abstract a l’honneur et la joie d’accueillir la photographe plasticienne Catherine Leutenegger.

Pour cette exposition individuelle «carte blanche» intitulée SHI(F)T HAPPENS, l’artiste propose un dialogue entre travaux récents et antérieurs avec pour dénominateur commun des thèmes récurrents: l’inéluctable et la vanité. Entre photographies monumentales de bâtiments produits en Chine au moyen d’une gigantesque imprimante 3D, un cabinet de curiosité regroupant des natures-mortes aberrantes issues de cette même technologie, un post Facebook transfiguré en visuel abstrait sur un caisson lumineux, un autoportrait en figurine isolée sur un socle, une série troublante de poupées ultra-réalistes et une installation vidéo dépeignant la désintégration de l’empire Kodak; Catherine Leutenegger s’ouvre sur un pratique résolument pluridisciplinaire en jouant sur la transversalité, le rapport d’échelle, la spatialité et l’ambiguïté des formes.

Avec une posture d’archéologue et d’anthropologue, elle soulève de nouvelles réflexions sur l’omniprésence numérique, la matérialisation du virtuel qui inaugure une reformulation de notre  expérience de la réalité parallèlement à une tendance générale s’orientant vers la dématérialisation.

Heures d’ouverture: Ve-Sa 16h00 – 18h00 et sur rendez-vous sur abstract@worldonline.ch

Partagez: facebookmail
Suivez-nous: facebookinstagram