I was a galactic wienerli – Le Salon

Vernissage le vendredi 9 juin 18h. Exposition du 10 juin au 1er juillet 2017

Avec Pauline Allen – Grégory Cardon – Matthieu Croizier – Ricardo Rodrigues Cunha – Valentin Faure – Sabrina Friio – Charles Frôté – Sandrine Gutierrez Grise – Anne Lutz & Thomas Stoeckli – Anna Meschiari – Aso Mohammadi – Giona Mottura – Alessia Olivieri – Jean-Noël Pazzi – Dylan Perrenoud – Léonard Rossi

Sous le signe de l’hétérogénéité, le collectif le Salon propose une immersion dans le monde invraisemblable du wienerli galactic. Les 16 photographes réunis spécialement pour cette thématique, invitent à un voyage inédit autour de la saucisse interstellaire. Aussi bien philosophique, sociologique, scientifique, onirique, psychédélique, le wienerli se métamorphose jusqu’à en être libéré de son état d’aliment populaire.

Regroupés sous le nom du Salon, Pauline Aellen, Charles Frôté et Aso Mohammadi forment la partie visible d’un collectif photographique informel fondé en 2014 qui prône la diversité photographique en réunissant de jeunes photographes d’horizons différents.

Cette exposition est accompagnée de la 52ème Action contemporaine de la FLAC en vente au prix de 200.-  Heures d’ouverture: Ve-Sa 16h00 – 18h00 et sur rendez-vous via abstract@worldonline.ch.

 

Partagez: facebooktumblrmail
Suivez-nous: facebookrss

Réalité diminuée – Camouflage Display I Tamara de Wehr

Vernissage le jeudi 27 avril 18h00. Exposition du 28 avril au 20 mai 2017

Le titre même de l’ensemble du Display fait évidemment référence à une vision analogique de la réalité à l’ère de sa virtualisation. Plutôt que d’immerger le spectateur dans un espace-temps simulé, ce dispositif de «vision diminuée» modifie par ses filtres optiques le monde qui nous entoure et nous permet d’appréhender autrement l’objet que nous visons. Si cette mise à distance ne se veut pas moralisatrice, l’attraction paradoxale, chère au cinéaste d’avant-garde Sergueï Eisenstein, qu’elle induit par l’usage d’effets visuels suscite peut-être, entre l’attirance et le doute scopique, une prise de conscience de notre environnement d’une façon qui n’est pas sans rappeler celle de John Nada (Roddy Piper) dans le film Invasion Los Angels (1988) de John Carpenter. Par ailleurs, ce projet fait bien entendu écho à la problématique des armes et aux stratégies de pouvoir qui tiennent une place dans l’histoire de l’art contemporain, chez des artistes comme Niki de Saint Phalle ou Chris Burden, mais aussi au sein d’une actualité socio-politique plus sérieuse que divertissante.

Partagez: facebooktumblrmail
Suivez-nous: facebookrss

Pengée – Daniel Ruggiero + special guests

Vernissage le jeudi 15 décembre 18h00. Exposition du 16 au 23 décembre 2016

Avec Daniel Ruggiero – Livia Gnos Perrinjaquet – Fabien Clerc – Frédéric Post – Balmer Hählen – Myriam Mechita – Fab Gehrig – Barbezat-Villetard Camille Matthieu – Christian Gonzenbach – Sharivari – Collectif indigène (Andreanne Oberson & Jean-Marie Reynier) – Lang Baumann – A3 Studio

Exposer et diffuser librement, en tous lieux, au fil des routes et des occasions : c’est dans cette perspective que Daniel Ruggiero entend conduire son « espace d’art mobile ». Pendant une année, il a mené d’une ville à l’autre son triporteur Ape, préalablement  restauré et chromé, en s’arrêtant par étape dans des lieux inattendus, pour y exposer en toute autonomie des oeuvres d’artistes de son choix, en parallèle aux événements organisés par les institutions culturelles locales.

Tel un musée itinérant, il parcourt la Suisse et l’étranger en présentant sur sa plateforme modulable des travaux de plasticiens, designers, performeurs, cinéastes ou scientifiques, et en invitant ces divers intervenants à créer des multiples en lien avec le véhicule Ape, mais aussi en dialogue avec les expositions auxquelles s’associe librement son « musée itinérant » à chaque étape. Leonora Foletti

Heures d’ouverture:
Ve 16 déc. 14h00-21h00 / Sa 17 déc. 14h00-18h00 / Me 21 déc. 14h00-18h00 / Je 22 déc. 14h00-18h00 / Ve 23 déc.14h00-23h00

Partagez: facebooktumblrmail
Suivez-nous: facebookrss

Miroirs aux alouettes – Olivier Lovey

Vernissage le jeudi 29 septembre 18h00. Exposition du 30 septembre au 22 octobre 2016

Olivier Lovey a conçu l’ensemble de son exposition à l’espace abstract en fonction du lieu. La majorité de ses créations est inédite. Vues d’installation, œuvres in situ et jeux avec le spectateur pris au piège du leurre, Miroirs aux alouettes est une subtile mise en espace de photographies qui nous confronte à l’illusion et au paradoxe des images. La réflexivité dans la pratique artistique d’Olivier Lovey est particulièrement développée dans son installation la plus récente, États des lieux, conçue pour et avec l’espace abstract. Un miroir a-t-il été disposé sur la paroi ? Le spectateur a le sentiment troublant de voir à la fois ce qui est devant et derrière lui, le champ et le contre-champ d’une photographie qui se prend pour un miroir du réel ! À côté, une photographie encadrée propose une autre version de cette vue : une image de l’image dans l’image. Comme l’artiste Nils Nova dans ses installations in situ ou Georges Rousse, qui combine peinture en trompe l’œil et photographie, Olivier Lovey interagit avec les visiteurs en faisant appel à l’anamorphose, l’emboîtement des images, la mise en abyme et les représentations impossibles, dans une atmosphère ludique et onirique.  Nassim Daghighian, historienne de l’art

Partagez: facebooktumblrmail
Suivez-nous: facebookrss

Once upon a time – Myriam Tirler Olivia Creed

Vernissage le vendredi 27 mai 18h00. Exposition du 28 mai au 18 juin 2016

Pourquoi les voit-on comme perdues dans une forêt que personne n’aperçoit? Dites-moi pourquoi elles donnent cette impression, l’une dans l’image, l’autre face à elle? Certainement, on ne peut pas tout dire. Ce serait trop. Tout le monde sait qu’il y a beaucoup de choses. Mais si l’on devait les décrire, une majorité paraîtrait ennuyeuse.

Elles visitaient des lieux, traversaient des restes d’industries, contournaient des cités, s’arrêtaient dans des snacks, regagnaient des régions d’entrepôts et de feux, de terre-pleins très décorés, de parkings en épi. Dans leur Chevrolet, elles sentaient les pneumatiques entailler les bitumes amollis. Dans la perspective des sillons, plusieurs arbres décalés pouvaient donner l’impression d’une présence végétale. C’était l’épaisseur de la forêt remembrée des états de l’est à l’ouest. D’ailleurs personne n’était là pour en discuter. Tout le monde s’en foutait d’une définition possible de la forêt une fois celle-ci disparue. Dans leur véhicule qui rutile, que le soleil n’abandonne jamais, elles respiraient tout l’air qui leur était nécessaire. Pourquoi les voit-on alors égarées dans une forêt dont aucune image ne témoigne ? Elles dévalaient, en pente libre. C’était leur mouvement. Parlant, elles paraissaient se jeter à bas de leurs phrases mêmes. Partant, elles déboulaient encore. L’impression est délicate à transcrire. Leur tendance, leur caractère pourrait-on dire, c’était la prise de vitesse. En attendant, elles basculaient vers le Pacifique. Aucun arbre au lointain. Alors pourquoi, avec une telle insistance, cette impression qu’elle sont dans l’ombre sans cesse recommencée d’une forêt ?

Parce que la forêt ce sont elles, deux forêts qui marchent, qui avancent. C’est là qu’elles se perdent, qu’elles nous perdent, en elles-mêmes, plantant les déserts de leurs ombrages. Et lorsque l’on avait peur pour elles, dans le paysage, c’est que l’on n’avait pas saisi que c’était elles qui le transformaient, le plantaient, le menaçaient, l’enchantaient. Jean-Yves Jouannais

Partagez: facebooktumblrmail
Suivez-nous: facebookrss